Cahier des charges - Belplume

1. Conditions de production 

Les lignes de forces qui constituent le cahier des charges Belplume sont:

  • la production de poulets de chair en toute sécurité ;
  • la garantie de méthodes et de conditions de production sérieuses ;
  • le souci de la santé et du bien-être des animaux ;
  • la garantie de transparence et de traçabilité par l’échange et le recoupement d’informations.

Les principes généraux cités ci-dessus sont concrétisés dans des règles et des instructions pratiques qui ont un lien direct avec l’entreprise : l’ensemble des définitions est repris sous le terme “conditions d’agréation du cahier des charges”. L’interprétation et/ou l’application pratique de ces conditions d’agréation exige très souvent des précisions d’un point plus spécifique : ceux-ci sont repris dans les annexes aux conditions d’agréation.
Par ailleurs, les conditions d’agréation diffèrent selon le type d’activité de l’entreprise au sein de la filière poulets de chair : quatre chapitres sont toutefois retenus : les conditions d’agréation pour les entreprises de reproduction, les couvoirs, les entreprises de poulets de chair et les abattoirs.
Pour illustrer nos propos, quelques directives caractéristiques des conditions d’agréation des entreprises avicoles:

  • un sas d’hygiène bien équipé avec des vêtements et des chaussures propres à l’entreprise ;
  • un accès à l’entreprise contrôlé au moyen d’un registre des visiteurs avec fermeture des bâtiments d’entreprise ;
  • l’entreposage séparé des aliments avec un temps d’attente ;
  • éviter l’introduction et la propagation des maladies en fermant les bâtiments aux autres volatiles, en utilisant des moyens de transport propre, en enfilant des vêtements et des chaussures propres à l’entreprise ;
  • tenir une administration correcte et bien documentée ;
  • avoir un réfrigérateur pour l’entreposage des cadavres ;
  • lutter de manière efficace contre la vermine.

Cette énumération n’est qu’une partie des conditions imposées aux entreprises : pour les détails, il est indispensable de consulter le cahier des charges.
Chaque participant s'engage à l'observation des conditions générales, des conditions d'agréation et des annexes aux conditions d'agréation en ce qui concerne son activité spécifique et d'agir toujours conformément au cahier des charges de Belplume.Les participants au programme Belplume acquièrent gratuitement un cahier des charges complet. D’autres intéressés peuvent obtenir un cahier des charges sur demande. Un cahier des charges coûte 60 euros.

2. Zoonoses : prévention et monitoring 

La sécurité alimentaire du point de vue “zoonose” est une priorité dans la production de poulets de chair et donc un des aspects très important et suivi de très près dans le programme Belplume.
En ce qui concerne les couvoirs, toutes les mesures de prévention hygiénique sont réunies dans un plan global de Bonnes Pratiques d’Hygiène (BPH). Dans celui-ci, chaque couvoir décrit de manière systématique toutes les conditions et directives auxquelles les installations, l’aménagement, le fonctionnement, le personnel et les visiteurs doivent se conformer afin d’éviter au maximum l’introduction et la contamination croisée de Salmonelles ou autres pathogènes. Le cahier des charges des couvoirs indique quels aspects doivent au minimum être repris dans le plan BPH et concernent aussi bien l’aménagement, le nettoyage et la désinfection que les diverses tâches dans le couvoir. Ces définitions doivent être considérées comme le fil conducteur. Ces mesures doivent ensuite être appliquées de manière spécifique en fonction de chaque situation particulière de l’entreprise.En accord parfait avec la législation belge et européenne, le cahier des charges des abattoirs de poulets de chair et des ateliers de découpe comprend, à travers toutes les exigences, l’implémentation des principes de base HACCP dans la gestion de l’entreprise. Cela signifie que les abattoirs et ateliers de découpe au sens large, doivent maîtriser tous les aspects de la sécurité alimentaire, à l’aide de contrôles très intensifs, d’enregistrements et d’améliorations si nécessaire. Ceci est aussi bien valable pour les matières premières qui entrent, que pour tous les processus au sein de l’entreprise. Tous les éléments marquants sont détaillés dans le “Guide générique HACCP pour les abattoirs et ateliers de découpe” soumis pour approbation à l’AFSCA. L’application minutieuse de ce guide est une des conditions de base du cahier des charges Belplume.Outre la prévention, le cahier des charges Belplume comprend également un suivi très progressif des Salmonelles:

  • par maillon, le contrôle des Salmonelles est obligatoire à l’arrivée et à la sortie ;
  • lorsque le résultat du laboratoire signale la présence de Salmonelles, il faut effectuer un examen de traçabilité. Le résultat de cette analyse de traçabilité doit être transmis à l’asbl Belplume, qui se chargera du traitement de l’analyse de ces données en vue d’optimaliser l’approche zoonose ;
  • les couvoirs et les abattoirs doivent, en outre, suivre un contrôle de système et de processus complet du statut Salmonelles.

L’échantillonnage obligatoire ainsi que la fréquence de ces contrôles sont décrits avec précision dans les différents cahiers des charges. Tous les contrôles concernent les analyses de laboratoire sur l’absence de Salmonelles, pour lesquels une sérotypification complémentaire sera effectuée dans les cas prescrits.Les mesures décrites ci-dessus relatives au monitoring et à la prévention des Salmonelles visent une prise de conscience plus importante de la problématique dans toute la filière de production. Par ailleurs, elles contribuent également à établir une base solide pour permettre aux autorités de définir une stratégie de lutte contre les Salmonelles.3. Garanties des entreprises de sous-traitance et de services 

Non seulement les entreprises de production, mais aussi tous les sous-traitants doivent travailler selon des standards de qualité définis et acceptés. Cela signifie concrètement que le cahier des charges Belplume fait référence aux systèmes complémentaires suivants :
FCA – Feed Chain Alliance: 
les aliments pour les volailles doivent provenir de fournisseurs certifiés dans le cadre du règlement FCA.

BPV – Bonnes Pratiques Vétérinaires : 
les vétérinaires d’entreprise doivent être certifiés selon le guide des Bonnes Pratiques Vétérinaires ou règlements similaires.

BPS – Bonnes Pratiques de Services : 
si l’entreprise fait appel à des tiers qui offrent des services professionnels tels la vaccination de la volaille, le ramassage et le chargement, la désinfection et le nettoyage des poulaillers et la lutte contre la vermine, seules les entreprises/unités certifiées dans le cadre du BPS avicole peuvent intervenir. Les entreprises avec un certificat Bonnes Pratiques de Services ont subi un audit administratif et visuel favorable, effectué par un organisme de contrôle accrédité. Elles sont donc agréées pour leur méthode de travail et de prévention face aux maladies des animaux. Elles respectent les normes d’hygiène de l’entreprise et le personnel suit un recyclage permanent.
4. Traçabilité

Le cahier des charges reprend les conditions concernant la conservation et l’échange de données, permettant d’avoir une vue sur l’historique et le statut de chaque lot de volaille. On vise ainsi d’une part la transparence de la chaîne et d’autre part la communication de toute information marquante de la chaîne alimentaire.

Par ailleurs, un système de traçabilité unique à travers toute la filière de production de poulets de chair est prévu : en d’autres termes, à partir de la mise en incubation, aux poussins d’un jour et animaux reproducteurs, jusqu’au poulet prêt à l’abattage.
Le concept repose sur l’identification de l’entreprise d’une part et d’autre part sur l’identification unique d’un lot de volaille à l’aide d’un numéro unique de lot. Seuls quelques satellites, agréés à cet effet, peuvent attribuer un numéro unique de lot et ont la possibilité de conserver soigneusement l’historique de l’information de la chaîne. Le fonctionnement des satellites est également soumis à un contrôle indépendant.
  • Les images sont la propriété intellectuelle de VLAM asbl